Appelez un conseiller spécialisé pour vos démarches

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

La consommation électrique d'un chauffe-eau

Consommation chauffe-eau

Le chauffe-eau est l’appareil permettant de produire rapidement de l’eau chaude dans un logement. On parle également de système de production d’Eau chaude sanitaire (ECS). Il est possible de choisir entre différents types de chauffe-eau pour équiper son habitation. Le choix de ce modèle dépend notamment des besoins du foyer en eau chaude. Il est important de noter que l’eau chaude est l'un des pôles consommant le plus d’énergie pour un ménage, après le chauffage. Quelques gestes à adopter au quotidien peuvent suffire afin de réduire sa consommation d’eau chaude. Mais, le choix du type de chauffe-eau impacte également cette consommation, et par conséquent, le montant des factures d’énergie.

 

Combien d’énergie consomme un chauffe-eau ?

 

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), la consommation d’eau chaude sanitaire représente 12 % du budget énergie d’un ménage. Le chauffe-eau consomme donc beaucoup d’énergie. Par conséquent, maîtriser sa consommation d’eau chaude peut permettre de réaliser des économies non-négligeables sur ses factures d’énergie.

Voici un exemple de la consommation en kilowattheure des deux modèles de chauffe-eau électriques les plus communs :

Chauffe-eau à accumulation

Chauffe-eau électrique instantané
2,2 kWhDe 3,7 à 11 kWh

Cependant, pour comparer ces deux modèles, il ne suffit pas de relever leur consommation horaire. En effet, contrairement au chauffe-eau instantané, le chauffe-eau classique doit fonctionner pendant de nombreuses heures dans une journée (de 6 à 8 heures) afin de chauffer l’eau contenue dans le cumulus. Il est possible de réaliser les calculs suivants afin d’évaluer la consommation journalière de son chauffe-eau électrique classique :

  • 2,2 kWh x 6 h = 13,2 kW/jour ;
  • 2,2 kWh x 8 h = 17,6 kW/jour.

L’avantage du chauffe-eau électrique instantané est qu’il ne chauffe pas l’eau toute la journée, mais ponctuellement lorsque celle-ci est utilisée. Même si les données dépendent des habitudes de consommation de chacun, on estime que ce modèle de chauffe-eau fonctionne en moyenne 1 heure par jour. La consommation journalière est donc comprise entre 3,7 à 11 kW par jour. Ce type de chauffe-eau consomme donc moins d’énergie que le modèle qui ne chauffe pas l’eau instantanément.

Bon à savoir
Il existe également des chauffe-eau au gaz, qui peuvent se révéler intéressants en termes de consommation. Comme les chauffe-eau électriques, les modèles alimentés au gaz peuvent permettre de chauffer l’eau en accumulation ou de manière instantanée. Si les montants des factures d’énergie sont plus élevés avec un chauffe-eau fonctionnant à l’électricité, il faut noter que l’installation du chauffe-eau au gaz nécessitera des travaux si le logement n’est pas encore raccordé au réseau de gaz naturel.

 

Faire des économies sur sa consommation d’énergie avec le bon chauffe-eau

 

La production d’eau chaude pour un logement peut être assurée par différents types de chauffe-eau. Tous les modèles ne consomment pas autant d’énergie, il est donc important de choisir celui qui correspond le mieux à ses habitudes de consommation. L’étiquette énergie, présente sur tous les appareils d’électroménagers en vente, permet également de connaître les performances énergétiques d’un appareil. Ainsi, il est possible de se tourner vers des chauffe-eau moins énergivores et de faire baisser le montant de ses factures de gaz et/ou d’électricité.

Le choix du modèle de chauffe-eau

Il existe trois grandes catégories de chauffe-eau, pouvant fonctionner avec différentes énergies (électricité, gaz naturel, solaire ou thermodynamique) :

  • les chauffe-eau à accumulation : l’eau est chauffée et stockée dans le cumulus (ou ballon d’eau chaude) dont la capacité varie selon les modèles. Le cumulus permet de stocker de l’eau, elle y est chauffée et gardée à température. Contrairement au chauffe-eau instantané, dans ce type de modèle, la résistance qui se trouve dans le réservoir chauffe l’eau pendant plusieurs heures par jour. Cette résistance chauffe dès que l’eau refroidit en dessous de la température à laquelle elle a été réglée. Certains consommateurs, ayant souscrit à une offre Heures Pleines/Heures Creuses peuvent également profiter de l’électricité moins chère des heures creuses pour que l’eau soit chauffée à ce moment-là, afin de faire des économies. Ce type de chauffe-eau est plus adapté aux foyers ayant une consommation d’eau importante ;
  • les chauffe-eau instantanés : ce dernier n’a pas de réservoir de stockage et chauffe l’eau à la demande plutôt que de la stocker et de la chauffer en continu. L’avantage du chauffe-eau instantané est qu’il évite de se retrouver sans eau chaude. Cependant, il consomme davantage d’énergie que les autres modèles puisqu’une grande puissance est nécessaire afin de chauffer l’eau rapidement. Ce modèle, moins répandu que le précédent, est idéal pour les foyers ayant des faibles besoins en eau chaude ;
  • les chauffe-eau avec programmateur : avec ce modèle, il est possible de programmer la chauffe de l’eau à une heure précise. Ce type de chauffe-eau peut permettre de régler le chauffage de l’eau au moment des heures creuses. Sur ces heures creuses, le kWh d’électricité est moins cher. Il permet donc de réaliser des économies importantes sur ses factures. Néanmoins, il est indispensable d’avoir souscrit à une offre Heures pleines/Heures creuses avec son fournisseur pour pouvoir profiter des avantages de ce type de chauffe-eau.

Les types de chauffe-eau peuvent également être classés suivant l’énergie utilisée pour leur fonctionnement :

  • le chauffe-eau électrique : il s’agit du modèle le plus courant dans les logements des particuliers. Instantané, à accumulation ou avec programmateur, il permet d’alimenter les différents ménages en eau chaude selon leurs besoins. Suivant les modèles, le chauffe-eau électrique peut chauffer l’eau au moment où l’eau devient plus froide que la température à laquelle elle a été réglée. Il peut également chauffer l’eau à une heure fixe, permettant de profiter de l’électricité moins chère des heures creuses. S’il s’agit d’un modèle répandu, il présente tout de même quelques points négatifs. Tout d’abord, l’énergie utilisée n’est pas renouvelable. De plus, le chauffe-eau électrique a un faible rendement (moins de 30 %). En effet, avec les chauffe-eau électriques, les pertes de chaleur sont relativement importantes. Une isolation est donc recommandée afin de remédier à celles-ci ;
  • le Chauffe-eau solaire individuel (CESI) : utilisant une énergie renouvelable, il s’agit du modèle le plus économique. Son fonctionnement nécessite l’installation de panneaux solaires. Ceux-ci sont installés sur le toit de l’habitation ou dans le jardin. En captant la chaleur du soleil, les panneaux solaires permettent de chauffer l’eau stockée dans le ballon d’eau chaude. Ce ballon d’eau chaude est installé dans le logement et ne nécessite pas d’être placé près des panneaux solaires. Cependant, un appoint fonctionnant avec une autre énergie (électricité, gaz ou bois) est indispensable afin d’assurer la chauffe de l’eau durant n’importe quelle saison. La couverture des besoins énergétiques par le soleil pour la chauffe de l’eau est estimée à 50 à 70 % ;
  • le Chauffe-eau thermodynamique (CET) : ce modèle est équipé d’une pompe à chaleur, ainsi que d’un ballon de stockage. Le système permet de transformer l’air ambiant en gaz qui permet ensuite de chauffer l’eau. Il existe deux types de chauffe-eau thermodynamiques, le CET aérothermique et le CET géothermique. Avec le premier modèle, un appoint (électrique le plus souvent) est nécessaire afin d’assurer la production d’eau chaude. Le second est le plus performant des deux et s’adapte même aux climats les plus froids. Cependant, ce dernier nécessite un espace suffisant pour être installé dans un jardin. Ce modèle est plus onéreux que les autres types de chauffe-eau. Il peut toutefois permettre de réaliser d’importantes économies ;
  • le chauffe-eau à gaz : comme le chauffe-eau électrique, celui fonctionnant au gaz naturel peut être à accumulation ou instantané. Le gaz peut être du gaz de ville ou du gaz naturel, ainsi que du butane ou du propane. Le prix du kWh de gaz étant moins onéreux que celui de l’électricité, ce type de chauffe-eau peut permettre de réduire le montant de ses factures d’énergie. Cependant, équiper son logement d’un chauffe-eau au gaz nécessite d’installer également une cheminée de ventilation et un dispositif de sécurité permettant d’éteindre le chauffe-eau en cas de problème.

 

Chauffe-eau solaireChauffe-eau thermodynamiqueChauffe-eau à gazChauffe-eau électrique

Fonctionnement

Des panneaux solaires captent l'énergie des rayons du soleil, permettant de chauffer l'eau du ballon.Le chauffe-eau est constitué d'une petite pompe à chaleur qui capte les calories présentes dans l'air ambiant pour chauffer l'eau.L'appareil est équipé d'un brûleur gaz qui chauffe l'eau à la demande.Une résistance électrique chauffe l'eau stockée dans le ballon.

Capacité

De 200 à 400 litres150, 200 ou 270 litresMaximum 50 litresDe 50 à 300 litres

Installation

Les panneaux solaires peuvent être installés sur le toit ou dans le jardin. Le chauffe-eau est installé à la place de l’ancien appareil.Dans une pièce non chauffée d'au moins 20 m3 avec prise d'air et rejet à l'extérieur de la pièce.À proximité du point de puisage. Il nécessite un raccordement au réseau de gaz et une évacuation des gaz brûlés.Installation simple. Branchement électrique et sur arrivée d'eau froide.

Avantages

Utilise une énergie 100 % gratuite et renouvelable.- Utilise une énergie 100 % gratuite et renouvelable.
- Appareil économique
Le kWh de gaz est moins cher que le kWh d'électricité.- S'installe très facilement.
- Il existe plusieurs capacités sont disponibles pour répondre aux différents besoins.
- Il peut fonctionner sur les heures creuses.

Inconvénients

- Davantage adapté aux régions ensoleillées.
- Nécessite un appoint ne consommant pas que de l’énergie renouvelable (sauf si appoint bois).
- Certaines contraintes d'installation (l’espace nécessaire en extérieur pour les modèles géothermiques).
- Nécessite un appoint ne consommant pas que de l’énergie renouvelable (sauf si appoint bois).
Ne convient que pour un petit puisage. Consomme beaucoup d'énergie.

Entretien

Nettoyage des panneaux solaire (1 fois par an) et vérification de la pression du liquide caloporteur (recommandé tous les 3 ans).Pas d'entretien spécifique.Un entretien annuel est obligatoire (comme pour la chaudière à gaz).Un détartrage recommandé tous les 2 ans.

Appoint

Électrique, gaz, boisNon nécessaire

Prix moyen (avec pose)

1 000 – 5 000 €1 000 – 2 500 €500 – 2 000 €150 – 1 500 €

 

Bon à savoir
Il ne faut pas confondre le chauffe-eau à gaz et la chaudière. En effet, il s’agit de deux équipements bien différents, puisque le chauffe-eau à gaz ne sert qu’à produire l’eau chaude sanitaire et que la chaudière permet également de chauffer le logement.

La capacité du chauffe-eau

La consommation d’un chauffe-eau dépend également de la quantité d’eau qui doit être chauffée. La taille du ballon est donc un facteur important à prendre en compte lors du choix de son chauffe-eau. En effet, il est essentiel de considérer la composition du foyer afin de savoir quelle est la taille de chauffe-eau la plus adaptée.

On estime la consommation d’eau chaude à 50 litres par adulte et par jour et à 25 litres pour un enfant. Il est donc recommandé de s’équiper d’un chauffe-eau d’une capacité de 100 litres pour un foyer de deux personnes.

Capacité du chauffe-eau selon la composition du foyer

Nombre d’occupants dans le logement

Taille du ballon d’eau chaude
1 adulte50 litres
2 adultes100 litres
2 adultes + 1 enfant125 litres
2 adultes + 2 enfants150 litres

 

Les normes auxquelles se reporter

L’étiquette énergie a été créée afin de permettre une comparaison entre les différents appareils d’électroménager. Chaque fabricant est dans l’obligation de la mettre à disposition des consommateurs afin de les informer des performances énergétiques de l’appareil. Visant à pousser les consommateurs à se tourner vers des appareils moins énergivores, les étiquettes énergie s’inscrivent dans le cadre de la transition énergétique.

Depuis 2015, l’étiquette énergie est obligatoire sur les chauffe-eau. Cette étiquette doit permettre aux consommateurs de choisir les appareils d’électroménager les moins énergivores, afin de réduire leur consommation. L’étiquette énergie reprend plusieurs informations relatives aux caractéristiques de l’appareil :

  • la référence du produit ;
  • le nom du fabricant ;
  • sa classe énergétique : exprimée par une lettre et une classe couleur. La classe énergétique va du vert et de la lettre A pour les appareils les moins gourmands en énergie, au rouge et à la lettre G pour ceux ayant les plus mauvaises performances énergétiques. La classe A peut être déclinée en plusieurs variantes (A, A+, A++, A+++) ;
  • la consommation énergétique annuelle de l’appareil (en kWh/an pour les chauffe-eau électrique et en giga joule (GJ/an pour les chauffe-eau au gaz) ;
  • son volume sonore (exprimé en dB) ;
  • une mention indiquant si l’appareil peut fonctionner en heures creuses ;
  • la capacité du ballon d’eau chaude (en litres) ;
  • les déperditions de chaleur du ballon d’eau chaude (en Watts) ;
  • des indications sur la consommation en eau : cette donnée se trouve près du pictogramme représentant un robinet et permet de savoir si le modèle correspond aux besoins de consommation en eau du foyer, selon sa composition. S’il comporte la lettre S, il est dédié à un foyer de 1 à 2 personnes, alors que la mention XL indique qu’il est adéquat pour une famille nombreuse, par exemple.

Les chauffe-eau solaires ou thermodynamiques ont des étiquettes énergie particulières. Certaines informations supplémentaires y sont mentionnées :

  • la composition de l’installation : pour les chauffe-eau solaires ou thermodynamiques, des étiquettes énergie combinées ont été créées. Chaque élément est accompagné de son étiquette et une étiquette énergie combinée reprend l’ensemble des informations des éléments qui composent l’installation (par exemple, les panneaux solaires, le ballon d’eau chaude et l’appoint) ;
  • la classe énergétique de l’installation dans son ensemble ;
  • la classe énergétique de l’appoint ;
  • la consommation annuelle d’énergie selon les trois zones climatiques en Europe (pour le chauffe-eau thermodynamique) ;
  • la consommation annuelle d’énergie en fonction des conditions moyennes d’ensoleillement des trois zones climatiques en Europe (pour le chauffe-eau solaire).

Plus le produit a une bonne classe énergétique, plus il est onéreux à l’achat. Cependant, cet investissement peut permettre de réaliser des économies sur le long terme.

Un label eu.bac permet également aux consommateurs de trouver un indicateur des performances énergétiques des appareils électroménagers. En France, le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) fait les tests de performance des produits. L’objectif de cette certification est de garantir les bonnes performances énergétiques des outils de pilotage et de régulation énergétique des logements. Les chauffe-eau sont donc concernés par le label eu.bac.

Il existe également une norme NF Électricité Performance, permettant de garantir la qualité et la sécurité des appareils de chauffage. Cette norme décrit notamment la performance énergétique de certains chauffe-eau. Les consommateurs peuvent donc retrouver sur les appareils portant le label NF Électricité Performance, un niveau de performance selon la norme (4 niveaux) :

  • 1 étoile : les performances énergétiques sont moyennes ;
  • 2 étoiles : l’entartrage est limité, l’isolation renforcée et le thermostat plus précis ;
  • 3 étoiles : les performances énergétiques de l’appareil sont très bonnes ;
  • 3 étoiles et 1 œil : un gage de performance.

Le label NF Électricité Performance est un label français. Certains appareils fabriqués à l’étranger peuvent donc avoir d’aussi bonnes performances énergétiques que certains modèles avec un label NF.

Bénéficiez d’aides financières pour l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique
Les consommateurs remplaçant leur ancien chauffe-eau par un chauffe-eau thermodynamique peuvent profiter de plusieurs aides financières : MaPrimeRénov’, l’Éco Prêt à Taux Zéro ou la Prime Coup de Pouce. Certaines de ces aides sont réservées aux ménages aux revenus modestes alors que d’autres concernent tous les foyers, quels que soient leurs revenus. Il est également possible de cumuler certaines de ces aides.

 

Les astuces pour faire des économies au quotidien avec son chauffe-eau

 

Au-delà du choix du modèle de son chauffe-eau, il est possible d’adapter ses habitudes quotidiennes afin de diminuer sa consommation d’eau chaude. Certaines astuces permettent également de payer de l’électricité moins chère.

Des gestes simples à adopter peuvent permettre de réduire sa consommation :

  • limiter les déperditions de chaleur : pour cela, il vaut mieux installer le chauffe-eau de manière à ce qu’il ne soit pas trop éloigné du lieu où l’eau chaude est utilisée. Ainsi, la chaleur n’est pas perdue lorsqu’elle est acheminée dans la tuyauterie. Il est également indispensable de veiller à ce que l’isolation du chauffe-eau soit aussi optimale. Si le maintient de la température de l’eau dans le ballon n’est plus satisfaisant, il est nécessaire d’envisager des travaux de calorifugeage ;
  • couper l’alimentation en cas d’absence : lors d’une absence prolongée (comme lors de vacances ), il est recommandé d’arrêter le fonctionnement du chauffe-eau. Ainsi, l’appareil ne fonctionne pas pour rien et cela permet d’économiser de l’énergie ;
  • choisir le réglage de la température le plus adapté : si l’eau est trop chauffée, cela consomme de l’énergie sans raison. En effet, cela ne présente aucun intérêt de chauffer l’eau à 70 °C dans le chauffe-eau. Un thermostat à 60 °C est généralement recommandé. Il est même possible de diminuer cette température jusqu’à 50 °C. Notez tout de même qu’une température plus basse sur un chauffe-eau peut présenter des dangers puisque des bactéries pourraient se former dans une eau plus froide ;
  • faire fonctionner le chauffe-eau en heures creuses : si le consommateur a opté pour une offre Heures Pleines/Heures Creuses chez un fournisseur d’énergie, il peut profiter de ses heures creuses pour chauffer l’eau de son chauffe-eau. Durant les heures creuses, le prix de l’électricité est moins cher, alors qu’en heures pleines, le prix du kWh est plus élevé qu’avec une offre classique ;
  • privilégier les douches plutôt que les bains : alors qu’un bain nécessite 150 à 200 litres d’eau chaude, une douche n’en consomme qu’entre 40 et 60 litres. Changer ses habitudes de consommation peut donc permettre de réaliser des économies significatives sur ses factures ;
  • installer un « mousseur » ou régulateur de jet sur son robinet : cette installation peut permettre de faire baisser sa consommation d’eau et d’énergie de 50 % ;
  • installer un réducteur de débit dans sa douche : comme le « mousseur » pour le robinet, le régulateur de débit peut être posé sur le flexible de la douche afin de limiter le débit de l’eau et diminuer sa consommation ;
  • entretenir son chauffe-eau : selon le modèle, l’entretien n’est pas le même. Cependant, s’il s’agit d’un chauffe-eau électrique avec lequel la résistance permettant la chauffe est en contact direct avec l’eau, il est recommandé de le faire entretenir tous les deux ans en le détartrant. En effet, s’il est entartré, le chauffe-eau consomme plus d’énergie.

 

Faire des économies en optant pour un fournisseur d’énergie moins cher

 

Il est également possible de réaliser des économies importantes sur ses factures d’énergie en profitant des offres de fournisseurs alternatifs. Concurrents des fournisseurs historiques, les fournisseurs alternatifs commercialisent des offres avec des réductions sur le prix du kWh par rapport aux tarifs réglementés.

Le changement de fournisseur est une démarche simple, gratuite et sans aucun engagement de durée. Il suffit, pour le consommateur de souscrire à l’offre de son choix. C’est ensuite le nouveau fournisseur qui se charge de résilier l’ancien contrat.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous quelques exemples du prix de l’abonnement et du kWh d’électricité avec quelques offres commercialisées par des fournisseurs alternatifs, par rapport au prix du tarif réglementé d’EDF.

Prix du kWh et de l’abonnement chez EDF et des fournisseurs alternatif d’électricité
(juillet 2020)

Fournisseur + offre

Prix de l'abonnement
(en € TTC)
Prix du kWh
(en € TTC)
EDF Bleu ciel
(Tarif réglementé)
121,20 €0,1546 €
Total Direct Énergie
Online
121,24 €0,1429 €
Mint Énergie
Classic
121,24 €0,1487 €
ekWateur
prix fixe
151,11 €0,1520 €
Plüm Énergie121,24 €0,1544 €
Vattenfall
Eco
120,10 €0,1428 €