Appelez un conseiller spécialisé pour vos démarches

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

La consommation électrique du chauffage

Consommation chauffage électrique

Environ 30 % des logements individuels et collectifs en France sont équipés de chauffage électrique. Le choix de l’électrique pour son chauffage présente, en effet, un certain nombre d’avantages : le prix du kWh de l’électricité qui fluctue moins que les prix des énergies fossiles, un investissement initial faible pour les propriétaires, la facilité de son installation par rapport à un chauffage au gaz. Cependant, le chauffage électrique, pouvant être attractif sur le court terme, ne l’est pas forcément sur le plus long terme en comparaison de systèmes de chauffages aux meilleures performances énergétiques. Si le consommateur opte pour un système de radiateur électrique, il est donc important qu’il compare les différents modèles existants sur le marché (convecteur, à chaleur douce, radiant, soufflant, etc.) car ce choix se répercutera sur sa facture d’électricité. Combien consomme un radiateur électrique ? Quel modèle choisir ? Comment réaliser des économies et faire baisser le montant de sa facture d’énergie ?

 

Quels sont les différents systèmes de chauffage ?

 

Si beaucoup de logements sont équipés de chauffage électrique, ce n’est pas la seule source d’énergie permettant le fonctionnement d’un système de chauffage :

  • chauffage électrique : ces radiateurs se branchent directement sur le secteur et fonctionnent à l’électricité ;
  • chauffage à eau chaude, avec chaudière ou « à combustion » : fonctionnant au gaz, bois, fioul ou mixte. La chaudière brûle du gaz, du fioul ou du bois afin de chauffer l’eau qui est ensuite envoyée dans les radiateurs via des tuyaux. Si la source d’énergie utilisée est le bois, le chauffage est considéré comme écologique puisque le bois est une énergie renouvelable. Cependant, son installation est plus difficile que celle d’un chauffage électrique puisqu’il est nécessaire d’installer des canalisations reliant la chaudière aux radiateurs ;
  • chauffage à énergie renouvelable (ENR) : il peut s’agir de pompe à chaleur ou de chauffage fonctionnant à l’énergie solaire. Ce dernier ne permet pas encore le chauffage complet de l’habitation. Il est donc nécessaire de compléter avec un chauffage d’appoint. Ce système de chauffage est plus cher à l’achat, mais permet de réaliser des économies sur le long terme grâce aux économies d’énergie.

Avec les progrès faits par les fabricants sur les radiateurs électriques, ces derniers ne sont pas forcément plus gourmands en énergie qu’un chauffage à eau chaude. Remplacer de vieux radiateurs électriques par des modèles plus récents peut donc permettre de réaliser des économies d’énergie significatives. L’avantage de ce système par rapport à un chauffage à eau est la facilité de son installation. En effet, l’installation du chauffage par combustion nécessite une installation lourde : chaudière et réseau de canalisation. L’entretien du chauffage électrique est également moins contraignant puisqu’il nécessite simplement d’être dépoussiéré de temps en temps.

Il est également possible de trouver des logements équipés de chauffages individuels ou collectifs. Les logements au chauffage individuel ont un chauffage propre à leur logement et complètement indépendant du reste de la copropriété. Dans le cas d’un chauffage collectif, le chauffage est prévu par le constructeur ou la copropriété. Son installation et sa gestion sont alors communautaires.

Réaliser un bilan énergétique
Avant de choisir son système de chauffage, il est possible de réaliser un bilan énergétique pour son logement. Ce bilan permet d’évaluer les déperditions d’énergie et aide à savoir comment améliorer ses performances énergétiques. En effet, il est important de prendre en compte l’isolation du logement afin de réduire sa consommation d’énergie. Sans une bonne isolation, l’investissement dans un nouveau système de chauffage plus performant ne sera pas pertinent. Il est donc conseillé, si cela se révèle nécessaire, de procéder à des travaux d’amélioration de l’isolation avant de changer son système de chauffage afin de réaliser de plus importantes économies d’énergie.

 

Chauffage électrique : avantages et inconvénients

 

Dans le cas d’un chauffage électrique, l’appareil produit et émet la chaleur. Il est équipé d’une ou de plusieurs résistances électriques qui produisent de la chaleur lorsque le courant électrique les traverse. On parle alors de l’effet Joule.

Le chauffage électrique présente plusieurs avantages par rapport aux autres systèmes existants :

  • son installation est très simple : contrairement au système de chauffage à combustion, aucune installation de canalisation n’est à prévoir. En effet, le chauffage électrique se branche simplement sur secteur ;
  • l’investissement à l’achat est également moins important puisqu’il suffit d’acheter les radiateurs, ou l’appareil de diffusion choisi, et qu’aucun coût d’installation n’est à prévoir ;
  • les radiateurs fonctionnant à l’électricité ne rejettent pas de C02, contrairement aux systèmes de chauffage fonctionnant au gaz ou au fioul ;
  • les radiateurs électriques ne demandent pas ou peu d’entretien (un dépoussiérage de temps en temps) ;
  • la qualité de l’air reste bonne avec la chaleur produite par un radiateur électrique. En effet, ce système de chauffage ne diffuse pas de fumée et ne porte donc pas atteinte à la qualité de l’air et à la santé des consommateurs ;
  • les radiateurs électriques sont également très simples d’utilisation.

Du côté des inconvénients du chauffage électrique, on peut lister :

  • la facture d’électricité peut être importante si l’isolation du logement n’est pas suffisante ;
  • le fait de se chauffer à l’électricité peut nécessiter de passer à une puissance de compteur supérieure, et par conséquent, augmenter le prix de l’abonnement d’énergie du consommateur ;
  • sa chaleur sèche lui est souvent reprochée : néanmoins, cela dépend des modèles. Les convecteurs produisent souvent une chaleur sèche peu agréable, mais ce n’est pas le cas des radiateurs à inertie, par exemple. De plus, les radiateurs électriques plus récents produisent désormais une chaleur moins sèche et plus confortable pour les consommateurs.

 

Les différents modèles de radiateurs électriques

 

Les avantages et inconvénients d’un radiateur électrique varient également selon le modèle :

  • le convecteur : il fonctionne grâce au principe de convection, en chauffant l’air ambiant. L’air ambiant de la pièce passe par une grille du radiateur avant d’être chauffé par une résistance. l’air chaud ressort ensuite par la grille en haut du convecteur électrique. Son avantage est la chauffe rapide qu’il permet dans une pièce. Cependant, il a une très faible inertie et dès que l’appareil est éteint, la sensation de froid revient. Sa puissance de chauffe à distance est assez faible, il est donc déconseillé pour des pièces de plus de 15 m². La chaleur qu’il produit est sèche et le système de circulation de l’air soulève la poussière. Il est donc déconseillé aux personnes allergiques. Le convecteur peut également émettre quelques bruits au moment de la chauffe, dus à la dilatation du métal. Ces bruits de claquements peuvent parfois s’avérer gênants. Il s’agit du modèle de radiateur électrique le moins cher sur le marché avec des prix situés autour de 30 à 400 € ;
  • le panneau rayonnant : cet appareil fonctionne par rayonnement, en envoyant des rayons infrarouges. Ce rayonnement chauffe les murs, les meubles et les corps se trouvant dans la pièce. Ensuite, ces éléments réchauffent l’air permettant de produire une chaleur douce. Une plaque d’aluminium est chauffée par une résistance. Cette plaque diffuse alors la chaleur. Une paroi en verre, en marbre ou sous la forme d’une grille en nid-d’abeilles permet de protéger ce système. Ce type de radiateur électrique permet de produire une chaleur homogène rapidement. Il est idéal pour les grandes pièces à vivre. Le panneau rayonnant présente également un avantage esthétique par rapport aux autres modèles. Toutefois, il nécessite un espace conséquent pour rayonner et prend plus de place qu’un convecteur. Il est déconseillé de placer des objets imposants à moins de 60 cm de l’appareil afin de ne pas bloquer le rayonnement. Il faut également noter que le panneau rayonnant est un chauffage par à-coups car il n’a pas beaucoup d’inertie. De plus, contrairement au radiateur à inertie, il disperse la poussière en produisant de la chaleur, ce qui peut assécher l’air. Son prix est compris entre 80 et 1 000 € ;
  • le radiateur à inertie sèche ou fluide (ou « chauffage central électrique ») : l’inertie thermique est la capacité qu’un appareil à conserver sa température à un même niveau. Un chauffage à inertie diffuse donc de manière durable la chaleur par rapport à un chauffage par à-coups. Dans le cas du radiateur à inertie sèche, les résistances chauffent un matériau qui permet d’accumuler de la chaleur (bloc en fonte, matériaux réfractaires comme la stéatite, de la brique haute densité, de la céramique, de la pierre de lave ou du granit). Ce modèle permet de restituer longtemps et régulièrement de la chaleur. Le radiateur à inertie fluide, quant à lui, fonctionne grâce à une résistance chauffant un liquide caloporteur (huile végétale, minérale ou du glycol). Ce liquide tourne en circuit fermé dans le radiateur. Ces deux modèles permettent donc de stocker la chaleur et de la restituer, même une fois que l’appareil est éteint. Ce type de radiateur chauffe à 30 % par convection et à 70 % par rayonnement, le rendant très économique. Il permet de profiter d’une montée rapide de la chaleur qui reste homogène et continue sans variation brutale de la température. De plus l’air n’est pas asséché par ce type de radiateur et la poussière n’est pas déplacée. Il est également possible de profiter d’un thermostat, de la régulation et parfois de la programmation. Son prix est plus élevé qu’un panneau rayonnant, entre 300 et 1 500 € et il est plus encombrant qu’un panneau radiant ou un convecteur ;
  • le radiateur à chaleur douce : il combine à la fois le système de radiateur à inertie sèche et à fluide. Deux résistances sont alors disposées sur l’appareil, une à l’avant et l’autre à l’arrière. La première diffuse la chaleur devant le radiateur, alors que la seconde résistance, placée dans un corps de chauffe en matériaux réfractaire, permet de restituer longuement la chaleur stockée. Ces radiateurs diffusent une chaleur constante sur une longue durée et permettent également de chauffer rapidement une pièce. Cependant, il est nécessaire de prévoir un espace plus important que pour un radiateur électrique radiant ou un convecteur afin de l’installer. Son prix est compris entre 300 et 2 000 € ;
  • le radiateur à accumulation : son principe n’est pas le même que celui du radiateur à inertie. S’ils sont similaires, la capacité de stockage de chaleur du radiateur à accumulation est plus importante que celle du radiateur à inertie. Ce modèle permet de différer le moment de production de la chaleur de celui de la restitution de chaleur dans l’air ambiant. Ainsi, la chaleur est produite grâce à des résistances au moment des heures creuses. Les consommateurs ayant souscrit à une offre Heures Pleines/Heures Creuses auprès de leur fournisseur d’énergie peuvent profiter du tarif avantageux du kWh d’électricité sur les heures creuses pour produire de la chaleur avec le radiateur à accumulation. La chaleur est stockée dans un bloc accumulateur (en brique ou autre matériaux réfractaires). Cette chaleur est ensuite diffusée par rayonnement pendant la journée. Il permet également une montée rapide de la température dans une pièce. De plus, le rayonnement apporte une sensation de chaleur douce. L’inconvénient qu’il présente est le fait que si le stock de chaleur est épuisé, il est nécessaire d’attendre que les briques se réchauffent à nouveau. Son prix peut être compris entre 750 et 2 000 € ;
  • le radiateur d’appoint : il existe différents modèles de radiateurs d’appoint sur le marché : soufflants, convecteurs, bains d’huile, etc. Ces systèmes de chauffage présentent chacun des avantages et des inconvénients. S’ils sont tous abordables à l’achat, à partir de 10 € pour un radiateur électrique soufflant et de 80 à 100 € pour un radiateur à bain d’huile, leur coût de fonctionnement est très élevé ;
  • le plancher chauffant : ce système de chauffage chauffe par rayonnement et diffuse la chaleur de manière uniforme dans toute la pièce. Son installation nécessite l’intervention d’un professionnel qui doit prendre en compte les spécificités de l’espace dans lequel le plancher chauffant doit être installé. Il se compose de plaques isolantes, d’un câble chauffant, d’un enrobage qui permet d’accueillir le revêtement au sol et d’un système de régulation. La chaleur diffusée par le plancher chauffant est très confortable et homogène dans l’espace. Il ne soulève pas la poussière et n’émet aucun bruit. De plus, il est esthétique et ne prend pas de place dans la pièce. Toutefois, il faut noter que les meubles disposés dans la pièce peuvent gêner le rayonnement et donc limiter l’efficacité du chauffage. Il est également cher à l’achat. Son prix varie selon les caractéristiques choisies pour le modèle de plancher chauffant, la surface sur laquelle il doit être installé et la configuration de la pièce. Il faut compter entre 40 et 120 €/m².

Qu’est-ce que l’inertie ?
L’inertie d’un chauffage ou celle d’un bâtiment fait référence à sa capacité thermique. Il s’agit de la capacité d’un matériau à stocker de la chaleur et à la restituer par la suite. Plusieurs matériaux, comme un bloc en fonte, des matériaux réfractaires comme la stéatite, la brique haute densité, la céramique, la pierre de lave ou le granit, permettent l’inertie dans un radiateur. Plus le matériau est lourd et épais, plus l’inertie est importante.

Comparaison des principaux modèles de radiateurs électriques

Modèles de radiateurs électriques

Avantages Inconvénients Échelle de Prix
Le convecteur- Peu cher à l'achat
- Discret
- Installation simple et rapide
- Chauffe rapide
- Très énergivore
- Assèche l'air ambiant
- Diffuse la poussière
- Faible puissance de chauffe à distance
- Bruyant
À partir de 10 €
Le panneau rayonnant- Permet de chauffer une surface importante
- Bonne répartition de la chaleur
- Pas de sensation de chaleur sèche
- Esthétique
- Prix plus cher à l'achat
- Encombrant
- Disperse la poussière
- Peu d’inertie
De 80 à 1 000 €
Le radiateur à inertie (sèche ou fluide)- Diffusion d'une chaleur continue
- Stocke l'électricité pour une énergie différée
- Peu énergivore
Prix plus cher à l'achatDe 300 à 1 500 €
Le radiateur à chaleur douce- Chauffe rapide
- Chaleur constante
- Ne déplace pas la poussière
- Prix élevé à l'achat
- Appareil encombrant
De 300 à 2 000 €
Le radiateur à accumulation- Économies d'énergie sur le long terme en profitant des heures creuses
- Sensation de chaleur douce
- Prix élevé à l'achat
- Appareil volumineux
- Demande un temps pour la chauffe de l’appareil
- Nécessite un abonnement Heures Pleines/Heures Creuses
De 750 à 2 000 €
Le radiateur d’appoint- Chauffe rapidement
- Peu onéreux à l’achat
Très énergivoreDe 10 à 150 €
Le plancher chauffant- La chaleur est diffusée de manière uniforme et homogène
- Ne soulève pas de poussière
- Ne fait pas de bruit
- Son installation nécessite de faire appel à un professionnel
- Les meubles disposés dans la pièce peuvent limiter son efficacité
- Son prix est élevé
De 40 à 120 €/m²

 

Bon à savoir
Le chauffage installé dans un logement applique un principe théorisé en physique sous le terme de « transferts thermiques » : si deux corps n’ont pas la même température, ils l’échangent jusqu’à ce qu’ils arrivent à un équilibre thermique. Le corps chaud (chauffage) et le corps froid (celui de l’occupant du logement) échange de la chaleur par :
• conduction : par contact direct ;
• convection : la chaleur se transmet alors par l’intermédiaire d’un fluide qui transporte la chaleur (l’air) ;
• rayonnement ou radiation : l’échange de chaleur se fait alors grâce à un rayonnement électromagnétique, avec des rayonnements infrarouges.
Quel que soit le type de radiateur, les trois mécanismes peuvent être utilisés. Cependant, seulement un des trois mécanismes est privilégié pour chaque modèle de radiateur.

 

Combien consomme un radiateur électrique ?

 

Afin d’anticiper la consommation d’électricité de son radiateur électrique, il est indispensable de prendre en compte :

  • le prix du kWh d’électricité ;
  • la puissance du radiateur ;
  • la durée d’utilisation de l’appareil.

Il est donc possible de réaliser le calcul suivant afin de connaître la consommation de son radiateur électrique :

Prix du kWh x Puissance du radiateur en kWh x Nombre d’heures x Nombre de jours utilisés dans le mois = Tarif en euros / mois

Par exemple, avec un compteur d’une puissance de 6 kVA en tarif Base chez EDF :
0,1557 € x 2 kW x 24 h x 30 j = 224,208 €/mois

Le résultat de ce calcul est à multiplier par douze afin d’obtenir sa consommation annuelle (1 045,44 €).

Ce calcul ne permet qu’une estimation de la consommation annuelle d’un radiateur électrique. En effet, la consommation réelle dépend de plusieurs éléments qui peuvent altérer cette estimation, dont :

  • le prix du kWh d’électricité : il est possible de payer moins cher en optant pour l’offre d’un fournisseur alternatif appliquant des réductions par rapport au tarif réglementé d’EDF ;
  • le modèle de chauffe utilisé : convecteur, à inertie, à chaleur douce, panneau rayonnant, à accumulation ou d’appoint ;
  • la température souhaitée de la pièce à chauffer ;
  • l’isolation du logement : plus l’isolation est bonne, moins il y a de déperdition de chaleur ;
  • le nombre de personnes composant le foyer ;
  • la région et l’altitude où se situe le logement ;
  • le volume de la pièce à chauffer ;
  • le nombre de fenêtres, de portes et de parois donnant sur l’extérieur : qui sont également des facteurs augmentant la déperdition de chaleur ;
  • la date de construction du logement.

 

Comment choisir son radiateur électrique ?

 

Le choix d’un radiateur dépend de l’usage que le consommateur va en faire. Il est donc nécessaire de prendre plusieurs éléments en considération avant son achat. Certaines normes assurent également le consommateur des bonnes performances énergétiques de l’appareil.

Quels critères prendre en compte pour choisir un radiateur électrique ?

Comme vu précédemment, tous les modèles de radiateurs électriques ne présentent pas les mêmes avantages et inconvénients. Il est donc indispensable de les prendre en considération avant son achat. En effet, le choix d’un radiateur électrique dépendra des besoins du consommateur et de l’utilisation qu’il aura de l’appareil.

Il est donc important de penser aux éléments suivants et de les mettre en relation avec les caractéristiques de chaque type de radiateurs électriques en vente sur le marché :

  • la superficie de la pièce à chauffer : certains radiateurs ne sont pas adaptés aux grandes pièces ;
  • le confort recherché : certains radiateurs produisent une chaleur sèche, mais ce n’est pas le cas du radiateur à inertie, par exemple ;
  • la fréquence d’utilisation : si l’appareil est utilisé très régulièrement, investir dans un radiateur électrique plus cher à l’achat mais offrant de meilleures performances énergétiques peut se révéler économique sur le long terme ;
  • le contrat d’énergie : si le consommateur a souscrit un abonnement Heures Pleines/Heures Creuses auprès de son fournisseur d’énergie, il peut être intéressant d’opter pour un radiateur à accumulation ;
  • son budget : tous les types de radiateurs n’ont pas le même coût à l’achat.

À quelle norme se reporter ?

Les radiateurs électriques ne disposent pas d’étiquettes énergie. Ces étiquettes répondent à des normes européennes permettant aux consommateurs de se renseigner sur les performances énergétiques d’un appareil électroménager.

Toutefois, en l’absence de cette étiquette, il est possible de se reporter au label éco-conception. Ce label a été institué par une directive européenne qui impose certaines normes aux fabricants. Le label éco-conception vise à encourager la fabrication de chauffages avec de meilleures performances énergétiques et plus respectueux de l’environnement.

Il existe également une norme NF Électricité Performance. Cette norme décrit la performance de certains systèmes de chauffage, dont les radiateurs électriques. Les consommateurs peuvent donc retrouver sur les appareils de chauffage portant le label NF, un niveau de performance de la norme NF Électricité Performance (4 niveaux) :

  • 1 étoile : les performances énergétiques sont moyennes ;
  • 2 étoiles : l’appareil apporte une chaleur stable et il est économique ;
  • 3 étoiles : la chaleur produite est très stable et l’appareil consomme peu ;
  • 3 étoiles et 1 œil : il s’agit des radiateurs avec les meilleures performances énergétiques (équipés de détecteur de fenêtre ouverte ou de détecteur de présence, par exemple).

Le label NF Électricité Performance est un label français. Certains appareils fabriqués à l’étranger peuvent donc avoir d’aussi bonnes performances énergétiques que certains modèles avec un label NF.

Un label EU.BAC permet également aux consommateurs de trouver un indicateur des performances énergétiques des appareils. En France, le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) qui fait les tests de performance des produits. L’objectif de cette certification est de garantir les bonnes performances énergétiques des outils de pilotage et de régulation énergétique des logements. Les radiateurs électriques sont donc concernés par le label EU.BAC.

De plus, si les appareils de chauffage ne disposent pas d’étiquette énergie, une mention « ne convient qu’aux espaces isolés ou pour des usages occasionnels » figure tout de même sur les plus énergivores d’entre eux.

Bénéficiez d’une aide financière pour changer vos radiateurs
L’installation d’un radiateur répondant aux normes NF peut permettre aux consommateurs de profiter d’une aide financière. En effet, le remplacement de vieux radiateurs par des modèles plus performants entre dans le dispositif des CEE (Certificats d’économie d’énergie) « Coup de pouce Chauffage ». Le montant de cette prime est de 100 € par radiateur pour les ménages modestes et de 50 € par radiateur pour les autres foyers. L’attribution de cette prime est soumise à des plafonds de ressources.

 

Réduire sa consommation d’énergie avec un radiateur électrique

 

Il est possible de diminuer le montant de ses factures d’électricité en adoptant de bons réflexes au quotidien :

  • baisser la température de ses radiateurs : une différence d’un ou deux degrés peut permettre de réduire considérablement ses factures d’électricité. Il est recommandé de ne pas chauffer une pièce au-delà de 19 °C ;
  • réguler la température des chauffages suivant les pièces : une chambre ou une salle de bains ne doivent pas être chauffées de la même manière qu’une pièce à vivre. Ainsi, la température recommandée pour une chambre est de 17 °C ;
  • fermer ses rideaux et ses volets durant la nuit : ce geste simple permet de conserver la chaleur à l’intérieur ;
  • ne pas aérer plus que nécessaire : pour ne pas perdre toute la chaleur produite par les radiateurs. Il est conseillé de ne pas aérer plus de 10 ou 15 minutes par jour ;
  • éteindre les radiateurs la nuit et au moment d’aérer plutôt que de simplement les diminuer : cela permet de réaliser des économies significatives sur ses factures ;
  • dépoussiérer régulièrement les radiateurs : la poussière diminue les performances énergétiques des radiateurs ;
  • ne rien placer devant les radiateurs : placer des meubles ou des rideaux devant l’appareil bloquerait la diffusion de la chaleur dans la pièce ;
  • éteindre le chauffage en cas d’absence prolongée : au moment d’un départ en vacances, il est conseillé de couper les radiateurs, sauf en cas de grand froid. Dans ce cas, il est possible de les baisser au maximum ou de les mettre en mode « hors gel » si l’appareil en est équipé ;
  • programmer son radiateur : il est possible, avec certains modèles, de programmer l’heure à laquelle le chauffage est en marche. Programmer l’heure de chauffe 30 minutes avant son arrivée dans le logement peut donc permettre de profiter d’une habitation chauffée en arrivant chez soi, sans avoir à laisser le chauffage allumé durant son absence ;
  • profiter des heures creuses : si le consommateur a un abonnement Heures Pleines/Heures Creuses avec son fournisseur d’énergie, il est judicieux de les utiliser pour son chauffage. Cela peut notamment être intéressant avec un radiateur à accumulation qui produit de la chaleur durant les heures creuses et diffuse la chaleur la journée.

 

Faire des économies sur sa facture d’électricité en changeant de fournisseurs d’énergie

 

Au-delà du choix du radiateur et des gestes simples que les consommateurs peuvent appliquer, il est également possible de faire des économies d’énergie en changeant de fournisseur d’électricité. En effet, choisir une offre d’électricité commercialisée par un fournisseur alternatif peut permettre de bénéficier d’une remise sur le prix du kWh d’électricité par rapport au tarif réglementé d’EDF.

Le changement de fournisseur est une démarche simple, rapide et totalement gratuite. Elle est également sans engagement de durée et ne nécessite aucune coupure de courant pour le consommateur.

Bon à savoir
Le choix entre les nombreuses offres pouvant être laborieux pour le consommateur, des conseillers sont disponibles au 09 71 07 17 11 (appel gratuit) pour les accompagner dans le choix du fournisseur d’énergie le plus adapté. Il est également possible de consulter notre comparateur d'électricité afin de découvrir les différentes offres adaptées aux divers profils de consommation.

Découvrez dans le tableau ci-dessous le prix du kWh pour quelques offres d’électricité compétitives en 2020 :

Fournisseurs alternatifs

Comparaison des prix du kWh en option Base selon la puissance souscrite (Août 2020)

Puissance souscrite
(en kVA)

EDF

Tarif Bleu
Total Direct Énergie

Offre Online
Engie

Offre Ajust fixe 1 an
Mint Énergie

Online & Green
30,1557 €0,1439 €0,1658 €0,1352 €
6
90,1597 €0,1475 €0,1694 €0,1386 €
12
15
18
24
30
36