Appelez un conseiller spécialisé pour vos démarches

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

GDF, GRDF et Engie : ce qui les différencie

Différences entre GDF, GRDF et Engie

GDF était le fournisseur historique de gaz en France depuis la fin des années 40. En 2008, après la fusion avec Suez, et pour se conformer aux impératifs dictés par la déréglementation du secteur de l’énergie, les activités liées à la distribution de gaz ont été séparées de celles liées à sa fourniture. Cette séparation a abouti à la création de GRDF, une filiale appartenant à 100 % à GDF Suez mais avec une direction autonome. GDF Suez, pour sa part, change de nom en 2015 pour devenir Engie.

 

Gaz de France, un géant du gaz né à la fin de la Seconde Guerre mondiale

 

L’histoire de GDF, née moins d’un an après l’Armistice, en 1946, est celle d’une gigantesque entreprise publique qui va régner sans partage sur tout le secteur gazier en France pendant près de 60 ans.

Le contexte de la création de GDF

GDF, ou Gaz de France, est créée par la loi de nationalisation de l’électricité et du gaz du 8 avril 1946. Elle rassemble au sein d’une même entité toutes les entreprises privées du secteur gazier et forme un établissement public à caractère industriel et commercial. Elle conserva cette forme juridique jusqu’en 2004 et la transformation de GDF en société anonyme.

Si dès le départ ses activités sont séparées de celles d’EDF, les deux grandes entreprises publiques partagent toutefois une direction commune directement placée sous la tutelle des pouvoirs publics. La nationalisation du secteur de l’énergie est alors considérée par l’État comme un des outils stratégiques de la reconstruction et de la modernisation du pays.

GDF, le fournisseur historique de gaz en France

De fait, GDF devient dès sa création le seul fournisseur de gaz en France, aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels, les entreprises et les collectivités. Seules quelques sociétés publiques ou des régies mixtes, comme celle de la ville de Bordeaux, sont encore autorisées à maintenir leur activité de fourniture et de distribution sur des territoires bien délimités.

Regroupées sous l’appellation ELD, pour Entreprises locales de distribution, ces sociétés conserveront une position monopolistique sur le territoire de la commune ou de la collectivité dont elles dépendent jusqu’à la déréglementation du secteur de l’énergie. Elles ne sont donc jamais mises en concurrence avec GDF qui demeure le seul acteur au niveau national.

Les tarifs réglementés du gaz : des prix fixés par l’État
GDF étant une entreprise totalement publique jusqu’à la fin des années 2000, l’ensemble de ses tarifs étaient fixés arbitrairement par les pouvoirs publics et soustraits aux lois de l’offre et de la demande. C’est notamment le cas des prix de vente du gaz, dont la réglementation permettait à GDF de conserver sa marge commerciale malgré les fluctuations des cours mondiaux du gaz.

 

Un monopole sur toutes les activités gazières

Les prérogatives de GDF vont bien au-delà de la simple fourniture de gaz. Elles couvrent également la production, le stockage et le transport de tous les gaz combustibles sur l’ensemble du territoire. GDF assure également seul l’entretien du réseau national de distribution de gaz, y compris la pose et le remplacement des dispositifs de comptage individuel.

Durant toute la seconde partie du 20e siècle, GDF va ainsi peu à peu concentrer toutes les activités du secteur gazier, de la production jusqu’à la distribution de gaz. Le gaz produit l’est d’abord par distillation de houille avant que la découverte du gisement de Lacq près de Pau permette de substituer ce gaz de synthèse, toxique et dangereux, par du gaz naturel.

Les quantités de gaz naturel limitées du sous-sol français incitent rapidement Gaz de France à chercher des sources d’approvisionnement ailleurs, en Algérie, au Pays-Bas ou en URSS notamment. C’est le début de l’internationalisation du groupe dont le descendant direct, Engie, deviendra dans le courant des années 2010 le troisième acteur mondial du secteur de l’énergie hors pétrole.

 

L’ouverture à la concurrence et la création de GRDF

 

La libéralisation du secteur de l’énergie, amorcée à la fin des années 1990, va obliger GDF à faire sa mue en abandonnant notamment la distribution du gaz au profit de GRDF.

La déréglementation du secteur de l’énergie

Sous l’impulsion de la Commission européenne, la déréglementation progressive du secteur de l’énergie, électricité et gaz, est planifiée au niveau européen dès 1996. Concrètement, un ensemble de mécanisme est mis en œuvre pour permettre l’apparition de nouveaux acteurs privés qui par le jeu de la concurrence étaient censés redynamiser le secteur au profit des consommateurs.

Toutefois, le passage d’un monopole d’État à un régime de concurrence ne pouvait pas se faire du jour au lendemain. Ainsi, à partir de 1999, seuls les entreprises consommant plus de 100 GWh de gaz par an se sont vues offrir la possibilité de choisir un autre fournisseur de gaz que GDF. Il faudra attendre 2007 pour que les particuliers en aient également la possibilité.

Les grandes étapes de l’ouverture à la concurrence du secteur du gaz sont les suivantes :

Février 1999

Février 2000 Février 2003 Juillet 2004 Juillet 2007
Entreprises consommant plus de 100 GWh/anEntreprises consommant plus de 16 GWh/anEntreprises consommant plus de 7 GWh/anToutes les entreprises, les pros et les collectivitésL’ensemble des particuliers

 

Privatisation partielle : de Gaz de France à GDF Suez

Pour accompagner le processus de libéralisation du secteur du gaz, Gaz de France change de statut en 2004 et devient une société anonyme. L’État demeure seul maître à bord mais l’entreprise devient juridiquement une société de droit privé. Ses statuts sont modifiés pour permettre l’introduction à son capital de nouveaux actionnaires privés.

Le gouvernement d’alors se refuse pourtant à parler de privatisation. Pourtant, deux ans plus tard, à la faveur d’une fusion entre Gaz de France et l’entreprise Suez, la nouvelle entité, GDF Suez, n’est plus contrôlée qu’à 35 % par l’État qui, certes, conserve une minorité de blocage mais perd néanmoins le contrôle du groupe gazier qui était dans son giron depuis plus d’un demi-siècle.

La création de GRDF : une étape indispensable de la déréglementation

La privatisation partielle de GDF et l’ouverture du secteur de la fourniture de gaz à la concurrence posent un problème de taille. Gaz de France, dont la fusion avec Suez s’achèvera en 2008, va devenir à la fois concurrente des autres fournisseurs de gaz et partenaire dans la mesure où elle continue à gérer seule le réseau unique de distribution de gaz qui couvre l’ensemble du territoire.

Pour remédier à cet imbroglio commercial, il est décidé de séparer les activités de fourniture des activités de distribution. GRDF est ainsi créée le 1er janvier 2008 et récupère à GDF la gestion du réseau de distribution. Détenue à 100 % par GDF, GRDF est néanmoins dotée d’une indépendance de gestion et doit respecter un principe de neutralité envers ses différents interlocuteurs.

Concrètement, lorsque vous souscrivez une offre de gaz auprès d’un fournisseur, c’est GRDF qui s’occupe de mettre en service le gaz à votre domicile et qui fait le relevé de votre compteur une à deux fois par an. C’est également GRDF qui prend en charge le raccordement des nouveaux logements au réseau de distribution de gaz naturel, à votre demande ou à celle de votre fournisseur.

GRDF : une entreprise privée au service de l’État
GRDF est une société anonyme dont les activités sont encadrées par un contrat de service public. Elle est chargée de la construction et de l’entretien du réseau et achemine le gaz naturel jusqu’aux abonnés, et ce, quel que soit leur fournisseur. Elle-même ne fournit pas de gaz. Ses tarifs sont fixés par l’État et sont identiques partout en France, pour tous les consommateurs.

 

De GDF Suez à Engie : changement de nom, changement d’époque

 

Le changement de nom de GDF Suez est l’une des dernières étapes de la libéralisation du secteur de l’énergie. Il affirme également les nouvelles ambitions du numéro deux français de l’énergie domestique maintenant que les missions de chacun ont été clairement redéfinies, à savoir :

Missions d'Engie, ex GDF

Missions de GRDF
- L’achat, la production et l’importation de gaz naturel.
- Le stockage du gaz avant qu’il soit injecté dans le réseau.
- La commercialisation aux consommateurs.
- La relation client.
- L’acheminement du gaz jusqu’aux abonnés et la mise en service des compteurs.
- L’entretien et le développement du réseau de distribution de gaz naturel.
- Le raccordement des bâtiments neufs (immeubles collectifs, maisons individuelles, locaux professionnels, etc.).
- La relève et le remplacement des compteurs.

 

Engie, un nouveau nom pour enterrer le passé

GDF Suez devient Engie en 2015. Ce changement de nom a d’abord des raisons très concrètes. Il s’agit avant tout de se différencier d’EDF, l’ancienne entreprise sœur devenue concurrente depuis la libéralisation du secteur, l’une et l’autre vendant désormais à la fois du gaz et de l’électricité. Il permet aussi à l’entreprise de prendre ses distances vis-à-vis de son passé d’entreprise publique.

Le passage de GDF Suez à Engie, un vocable qui évoque le mot « énergie », permet aussi de signifier le changement de positionnement du groupe qui cherche à s’affirmer de plus en plus comme un fournisseur de gaz mais aussi un fournisseur d’électricité verte. Il est également censé matérialiser les efforts de l’entreprise qui investit massivement dans la production d’énergies vertes.

Quel changement pour les clients d’Engie, ex-GDF ?

Pour les clients d’Engie, le changement de nom s’est surtout traduit par l’apparition d’un nouveau logo en haut de leur facture. Pour le reste, rien n’a vraiment changé. Pour le consommateur, le changement de nom est surtout symbolique. L’entreprise avait en effet déjà commencé à proposer des offres d’électricité dès le début de l’ouverture à la concurrence du secteur de l’énergie.

La fin des tarifs réglementés du gaz
Si elle n’est pas directement liée au changement de nom de GDF, la fin des tarifs réglementés du gaz marque aussi un changement d’époque. Depuis novembre 2019, il n’est plus possible de souscrire une offre de gaz avec Engie aux tarifs réglementés.
Ces derniers disparaîtront définitivement le 1er juillet 2023. D’ici là, les 4 millions de foyers qui bénéficient encore d’une offre aux tarifs réglementés devront basculer vers une offre de marché, en restant chez Engie mais en souscrivant une autre offre ou bien en passant chez un autre fournisseur.

 

Une position dominante menacée par les fournisseurs alternatifs

Malgré d’importants investissements dans le secteur des énergies renouvelables, avec notamment le rachat de Solairedirect, une entreprise de production d’énergie photovoltaïque, et la cession de ses actifs dans l’amont pétrolier et gazier, Engie demeure le premier fournisseur de gaz en France, loin devant EDF et les principaux fournisseurs alternatifs de gaz comme Eni ou Total Direct Énergie.

Pourtant, à service comparable, Engie demeure l’un des fournisseurs les plus chers. Si vous souhaitez profiter de la fin des tarifs réglementés pour changer de fournisseur, retrouvez dans le tableau ci-dessous quelques offres qui affichent des tarifs plus intéressants que ceux d’Engie (prix valables à compter du 1er août 2020 pour la plage de consommation 1 000 à 6 000 kWh par an – Tarif B0) :

Fournisseur

Offre Descriptif Tarif de l’abonnement
(en € TTC)
Pourcentage de réduction par rapport aux tarifs réglementés Tarif du kWh
(en € TTC)
Pourcentage de réduction par rapport aux tarifs réglementés
EngieGaz Tarif Réglementé- L’offre aux tarifs réglementés du gaz d’Engie.
- Non disponible à la souscription.
8,48 €/mois0,0705 €
DyneffMon contrat Malin- Offre de marché à prix indexé.
- Service client 100 % Web.
- Gaz d’origine conventionnelle.
9,27 €/mois+ 9,31 %0,0524 €- 25,68 %
EniWebeo- Offre de marché à prix fixe.
- Prix fixe pendant 1 an.
- Souscription et service client en ligne uniquement.
- Gaz d’origine conventionnel.
10,53 €/mois+ 24 %0,06145 €- 12,83 %
VattenfallEco- Offre de marché à prix indexé.
- Gaz d’origine conventionnelle.
- Service client classique joignable par téléphone.
8,51 €/mois+ 0,35 %0,0644 €- 8,65 %
Total Direct ÉnergieClassique- Offre de marché à prix indexé.
- Gaz d’origine conventionnelle.
- Service client classique joignable par téléphone.
8,48 €/mois0 %0,0674 €- 4,40 %

Les offres présentées dans le tableau ci-dessus ne représentent qu’un petit échantillon de l’ensemble des offres disponibles sur le marché. Pour trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins, utilisez notre comparateur en ligne. Il analyse en temps réel toutes les offres disponibles pour vous proposer celle qui vous fera faire le plus d’économie par rapport à l’offre d’Engie aux tarifs réglementés.

Bon à savoir
Résilier une offre de gaz est toujours gratuit et sans préavis, que ce soit à l’occasion d’un déménagement ou simplement pour changer de fournisseur pour votre logement actuel. Vous pouvez donc quitter les tarifs réglementés d’Engie pour basculer vers un fournisseur alternatif de gaz quand vous le souhaitez et sans avoir à payer de frais de résiliation.