Appelez un conseiller spécialisé pour vos démarches

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

Le compteur Gazpar est-il dangereux ?

Compteur Gazpar dangereux

Créé par GRDF (Gaz réseau distribution France), principal distributeur de gaz en France, Gazpar est un compteur communicant servant à relever à distance la consommation de gaz des foyers qui utilisent cette énergie. Son déploiement a débuté en 2015 et devrait s’achever aux alentours de 2022. Tout comme son homologue pour l’électricité, Linky, Gazpar a suscité de nombreuses critiques dès son apparition. Que ce soit pour la santé, l’environnement ou la protection des données, le compteur Gazpar est-il dangereux, comme on peut le lire ou l’entendre ? Choisir.com s’est posé la question.

 

Présentation rapide du compteur Gazpar

 

Boîtier de couleur jaune orangé, Gazpar vient peu à peu remplacer les anciens compteurs de gaz. Il concerne uniquement les foyers alimentés au gaz, que ce soit pour le chauffage, la cuisson, la production d’eau chaude sanitaire, ou les trois. Voici une présentation rapide.

Pourquoi un nouveau compteur ?

En juillet 2009, la directive européenne 2009/73/CE a rendu obligatoire la mise en œuvre de compteurs communicants à travers la France. Elle a pour objet de remplacer les anciens compteurs de gaz, d’électricité et d’eau par des systèmes de mesures intelligents qui permettraient aux consommateurs de gérer au mieux leur consommation. Cette directive a ensuite été intégrée au code de l’énergie grâce à l’article R341-4 datant du 30 décembre 2015.

Ce nouveau compteur de gaz intelligent est l’un des acteurs majeurs de la modernisation des réseaux de distribution voulue par la directive européenne 2009/73/CE. C’est cette modernisation qui pose quelques inquiétudes, à l’heure où les appareils connectés font partie de notre quotidien.

L’arrivée de Gazpar en France

C’est GRDF qui a reçu la tâche de créer et d’installer un compteur communicant répondant aux exigences dictées par la directive européenne qui en est à l’origine. Après deux années à mettre au point le compteur de gaz baptisé Gazpar, GRDF a pu lancer sa première phase de déploiement, en 2015. 24 communes pilotes réparties dans différentes régions de France étaient alors concernées. Depuis 2017, le déploiement du compteur Gazpar s’est étendu sur tout le territoire national, équipant peu à peu 11 millions de clients qui utilisent le gaz naturel.

Dès sa mise en place, la potentielle dangerosité de Gazpar a été pointée du doigt. L’État, le gestionnaire de réseau de gaz, mais aussi de nombreux acteurs énergétiques se sont alors mobilisés pour rassurer les utilisateurs. À l’heure où le déploiement total n’est pas encore achevé, les questions et les doutes au sujet de ce compteur sont encore nombreux et persistants.

Les avantages de Gazpar

Présenté comme un compteur intelligent, Gazpar permet de relever automatiquement et à distance la consommation quotidienne de gaz d’un logement. Que ce soit pour suivre en temps réel sa consommation de gaz ou faire des économies, les avantages de Gazpar sont nombreux pour le client particulier, mais aussi pour les collectivités et les entreprises utilisant cette énergie fossile.

 

Les rumeurs concernant la dangerosité de Gazpar

 

Tout comme le compteur Linky, Gazpar n’a pas reçu un accueil chaleureux à son arrivée. Toutefois, les rumeurs de dangerosité de Gazpar sont plutôt passées inaperçues. Elles existent pourtant bien et peuvent parfois ralentir la mise en place des compteurs sur tout le territoire.

Les reproches qui sont faits à ce boîtier communicant portent sur :

  • l’émission des ondes et le danger qu’elles peuvent avoir sur la santé des utilisateurs et des personnes se trouvant dans l’environnement proche du compteur ;
  • la sécurisation des données des utilisateurs et la peur que certaines informations confidentielles soient divulguées ou volées par des tiers ;
  • les problèmes environnementaux que pourrait occasionner le remplacement des anciens compteurs de gaz.

Plus généralement, la question sur l’utilité d’un nouveau dispositif de comptage se pose. Les clients tout comme les associations qui s’opposent au déploiement du compteur Gazpar se demandent si l’installation de ces compteurs plus modernes est réellement utile. Les anciens compteurs fonctionnant très bien, cette question peut sembler légitime.

 

Gazpar présente-t-il des risques pour la santé ?

 

Installé en dehors du logement, dans un local technique ou en bordure de propriété, Gazpar peut-il est dangereux pour votre santé ?

Les ondes émises par le compteur Gazpar

Les potentiels dangers du compteur Gazpar concernent essentiellement les ondes électromagnétiques émises par l’appareil. En effet, pour pouvoir transmettre les données de consommation deux fois par jour, ce compteur intelligent utilise des ondes radios. Ces ondes sont accusées d’être potentiellement cancérigènes, menaçant ainsi la santé des personnes se trouvant à proximité du compteur de gaz.

Contrairement au compteur Linky qui utilise la technologie CPL (Courant porteur en ligne), le boîtier Gazpar transmet ses données par une onde radio d’une fréquence de 169 MHz. On pourrait comparer cette fréquence à celle d’un routeur sans fil ou d’un portail électrique, par exemple.

La réglementation de l’émission d’ondes radios

Pour savoir si la fréquence de 169 MHz est dangereuse ou non, et donc si le compteur Gazpar est dangereux, il faut prendre en compte la valeur limite réglementaire du champ électromagnétique qui est fixée par décret. Pour la fréquence d’émission de 169 MHz, l’intensité électromagnétique ne doit pas dépasser 28 V/m (volt par mètre). Au-delà, l'intensité d'un champ électromagnétique peut être jugée dangereuse pour la santé.

Les ondes électromagnétiques émises par le compteur Gazpar

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) a réalisé différentes mesures pour déterminer si les ondes émises par le compteur Gazpar respectent la valeur limite réglementaire. Il ressort de cette étude des résultats encourageants :

  • la valeur des fréquences oscille entre 0,5 V/m et 3 V/m lorsque la relève est faite près d’un compteur Gazpar ;
  • cette valeur ne dépasse pas les 0,14 V/m lorsque la relève est effectuée à proximité immédiate du compteur, et cela durant 24 h.

Ces résultats sont bien en dessous de la limite réglementaire de 28 V/m. On peut donc conclure que les ondes émises par le compteur communicant Gazpar ne sont actuellement pas dangereuses pour la santé.

De plus, il faut noter que le compteur Gazpar émet des ondes seulement deux fois par jour, au moment où sont effectuées les deux relèves automatiques. La durée de chaque relève ne dépasse pas 1 seconde. Hormis ces deux moments de la journée, le compteur de gaz communicant n’émet aucune onde.

Bon à savoir
Selon un rapport de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement) datant de 2016, il est actuellement peu probable que l’exposition aux champs électromagnétiques d’un compteur communicant puisse créer des effets néfastes sur la santé, à court ou long terme.

 

Gazpar met-il en danger vos données privées ?

 

Si les ondes ne semblent pas dangereuses pour la santé, qu’en est-il de la protection des données ?

Les données utilisées par le compteur

La protection des données est au cœur des préoccupations lorsque l’on parle de compteurs communicants, que ce soit Gazpar pour le gaz ou Linky pour l’électricité. Cette inquiétude est légitime, lorsque l’on sait que votre fournisseur de gaz détient plusieurs informations personnelles à votre sujet :

  • noms, prénoms ;
  • adresse ;
  • numéro de téléphone ;
  • coordonnées bancaires.

Pour être rassuré, il faut savoir que le boîtier Gazpar n’est détenteur d’aucune de ces données personnelles et confidentielles. En effet, les seules informations qui sont collectées et envoyées par ondes radio, chaque jour, sont :

  • le numéro d’identifiant émetteur radio propre à chaque compteur (et non pas le numéro de compteur) ;
  • la relève de l’index de votre consommation (c’est-à-dire un chiffre qui sert à la facturation et qui n’a aucun autre intérêt) ;
  • toute autre information relative au fonctionnement du compteur, mais aussi de son dysfonctionnement, pour que les techniciens puissent intervenir au plus vite en cas de panne.

Aucun autre élément n’est traité par Gazpar. Les informations personnelles vous concernant sont conservées par GRDF qui utilise de nombreuses mesures de protection pour qu’elles soient en sécurité.

Les données peuvent-elles être piratées ?

Les données relevées par le compteur Gazpar sont envoyées par ondes radio à un concentrateur. Cet appareil installé en hauteur à un endroit stratégique, récolte les données de tous les compteurs de gaz situés dans un rayon de 5 kilomètres. Le concentrateur transfère ensuite les éléments récoltés au superviseur, qui est GRDF, en empruntant le réseau mobile ou une connexion internet filaire.

Durant le transfert, toutes les données sont cryptées avec un chiffrage gardé secret. C’est GRDF qui les déchiffre une fois qui les a reçues. Pour cela, il fait un rapprochement avec ce qu’il vient de recevoir et les éléments confidentiels qu’il a déjà en possession. Pour que le gestionnaire de réseau puisse traiter les informations, il est donc dans l’obligation d’avoir à sa connaissance toutes les données nécessaires. L’absence d’un élément rendrait les données inutilisables.

Qu’en est-il de la transmission des données à des tiers ?

Certains organismes pourraient tirer profit des données utilisées par Gazpar, en particulier à des fins d’études sur la consommation de gaz des ménages.

Cependant, bien avant le déploiement des compteurs Gazpar, GRDF et la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) ont abordé le sujet délicat de la protection des données. Il en a résulté que GRDF n’est pas autorisé à transmettre les données qui appartiennent au client consommateur, sans son accord exprès.

En revanche, en tant que client consommateur, vous êtes libre d’autoriser votre fournisseur de gaz à utiliser vos données afin d’accéder à certains services, comme le suivi de la consommation, par exemple. Cet accord est généralement demandé lors de la signature d’un contrat.

 

Gazpar peut-il causer des problèmes environnementaux ?

 

Plus que jamais au cœur des préoccupations, les conséquences environnementales du déploiement massif de Gazpar posent problème. Mais qu’en est-il vraiment ?

Quels effets possibles sur l’environnement ?

Si le compteur Gazpar n’est pas dangereux pour la santé et pour vos données, qu’en est-il de l’environnement ? Cette question revient elle aussi régulièrement et elle semble tout à fait légitime. Les problèmes environnementaux que pourrait poser le boîtier de gaz intelligent concernent le recyclage :

  • des anciens compteurs ;
  • des compteurs Gazpar qui ne fonctionnent plus ;
  • des compteurs Gazpar qui sont désinstallés après qu’un client ait décidé de ne plus utiliser le gaz comme source d’énergie.

Les clients et les associations environnementales veulent savoir ce que ces compteurs et leurs composants vont devenir.

Pour répondre aux diverses questions, GRDF a présenté un programme de recyclage pour tous les anciens compteurs, mais aussi pour tous les boîtiers communicants qui ne sont plus utilisés. Ce programme a déjà permis de dynamiser la filière du recyclage grâce à la création de nombreux emplois à travers tout le territoire.

Où rapporter son ancien compteur ?

Ce n’est pas au client consommateur de confier son compteur à une entreprise de recyclage, c’est GRDF qui s’en charge. En effet, lors de la pose du compteur Gazpar, le technicien récupère l’ancien. Il n’y a donc aucun risque pour que l’ancien boîtier de comptage se retrouve abandonné au milieu de la nature !

Pourquoi changer un compteur s’il fonctionne toujours ?

De nombreuses associations environnementales pointent du doigt le remplacement des anciens compteurs en parfait état de marche. Elles se demandent pourquoi le déploiement ne peut-il pas attendre que les anciens boîtiers de comptages ne fonctionnent plus pour les changer.

Pour répondre à ces inquiétudes, GRDF précise que le compteur communicant est destiné à moderniser le réseau, mais aussi permettre aux clients consommateurs de réaliser des économies, grâce à une meilleure maîtrise de leur consommation. Son utilisation a également pour objectif de réduire la consommation de gaz sur tout le territoire, et donc de faire baisser les besoins énergétiques qui participent au réchauffement climatique. Bien que ces changements occasionnent de nombreux déchets qui seront recyclés, les bienfaits à terme sont bien réels.

De plus, la directive européenne à l’initiative de Gazpar a ordonné le déploiement du nouveau compteur de gaz sur tout le territoire d’ici 2022. L’installation du nouveau modèle est donc inéluctable.

 

Ce qu’il faut savoir sur l’installation de Gazpar

 

La manipulation du gaz est souvent entourée de crainte de la part du consommateur. Bien que réalisé par des professionnels du gaz agréés, le changement du compteur soulève quelques inquiétudes.

La procédure d’installation de Gazpar est-elle dangereuse ?

Le déploiement du boîtier communicant est lancé depuis quelques années déjà. GRDF a pour mission d’installer plus de 10 millions de compteurs de gaz chez les clients particuliers qui ont choisi le gaz pour se chauffer ou pour leur production d’eau chaude. Les collectivités et les entreprises sont également concernées et sont peu à peu équipées en compteurs Gazpar.

Toutes ces installations doivent être réalisées en un temps record, ce qui a pour conséquences d’inquiéter de nombreux usagers. De plus, la procédure est souvent réalisée par des entreprises sous-traitantes de GRDF, comme Solutions 30. Cette délégation peut soulever des inquiétudes, à savoir si les entreprises désignées sont assez compétentes pour participer au déploiement.

Pour bannir ces doutes, il faut retenir que GRDF sous-traite avec des professionnels du gaz. Ces entreprises sont donc entièrement qualifiées pour participer au déploiement du compteur Gazpar.

En ce qui concerne l’installation du compteur de gaz communicant, elle ne présente aucun danger. En effet, lors de la procédure, la fourniture de gaz est coupée par le technicien intervenant sur le compteur, au niveau du coffret de gaz. Elle est aussitôt rétablie dès que la mise en place de Gazpar est finalisée. La remise en service de vos appareils au gaz peut se faire normalement, sans aucun risque.

Bon à savoir
Il n’est pas obligatoire d’être présent le jour de l’installation du compteur de gaz communicant, sauf dans le cas où le boîtier est situé dans la propriété. Toutefois, en cas d’absence et pour des raisons de sécurité, il est demandé au client d’éteindre tous les appareils qui sont alimentés au gaz (chaudière, plaques de cuisson, four, etc.).

 

Peut-on refuser l’installation d’un compteur Gazpar ?

Bien que nous ayons démontré que Gazpar n’est pas dangereux, quelques inquiétudes peuvent encore subsister et vous vous demandez peut-être si vous avez la possibilité de refuser Gazpar.

Sachez tout d’abord que votre compteur de gaz ne vous appartient pas. Il est fourni par le gestionnaire du réseau de distribution de gaz GRDF qui en est propriétaire et qui est en droit de le changer pour un compteur plus performant.

Malgré l’absence de risques pour la santé et l’environnement, de nombreuses personnes ont décidé de refuser le compteur Gazpar. Pour éviter toute confrontation houleuse entre un technicien et un client, GRDF autorise les consommateurs à refuser Gazpaz jusqu’en 2022. Pour informer le gestionnaire de réseau d’un refus d’installation, il faut que le client fasse part de sa décision au minimum 1 mois avant la date d’intervention prévue, par lettre recommandée avec accusé de réception.

Toutefois, les refus sont acceptés jusqu’en 2022. Passé ce délai, l’installation sera obligatoire avec ou sans consentement du client.

Installation de Gazpar : un danger pour le porte-monnaie ?

Étant donné que le compteur de gaz ne vous appartient pas, le coût de l’installation ne vous revient pas. Ainsi, la mise en place du compteur Gazpar est gratuite et ne pèsera pas sur votre budget.

Toutefois, il faut savoir que le coût du déploiement du nouveau compteur communicant est inclus dans le tarif d’acheminement du gaz (ou ATRD pour Accès des tiers aux réseaux de distribution) qui figure sur chaque facture de gaz. Ce tarif est fixé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et comprend les dépenses liées à l’acheminement du gaz, à la maintenance du réseau, mais aussi aux travaux de modernisation dont relève Gazpar. GRDF reçoit donc une compensation de chaque client pour moderniser le réseau national de gaz.

À retenir
Certains démarcheurs peu scrupuleux peuvent parfois sonner aux portes prétextant une quelconque intervention payante sur le compteur de gaz. Dans le cas d’une intervention physique, vous en serez averti assez tôt et le technicien prendra rendez-vous avec vous. Aucune somme doit être versée à un technicien, que ce soit lors de la pose d’un compteur ou en cas d’intervention.

Nous venons donc de voir que le compteur Gazpar n’est pas dangereux pour la santé et que des mesures sont prises pour son recyclage, mais aussi pour la protection des données. Si ce compteur n’a pas encore été installé chez vous, sachez qu’il le sera très bientôt. Pour toute information supplémentaire, comme la réduction de vos factures de gaz, n’hésitez pas à contacter gratuitement l’un de nos conseillers experts Choisir.com au 09 71 07 13 78. Vous pouvez aussi utiliser notre comparateur de gaz pour trouver les tarifs les moins chers en comparant les offres des fournisseurs de gaz.

Copyright photo : GRDF.