Appelez un conseiller spécialisé pour vos démarches

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

La vanne thermostatique

Vanne thermostat

Dans une maison ou un appartement, toutes les pièces n’ont pas forcément les mêmes besoins en chauffage. Aussi ne chauffera-t-on pas de la même manière une chambre qu’une cuisine, un salon qu’une chambre d’amis souvent inoccupée. Comment faire alors pour composer avec toutes ces variations ? La vanne thermostatique est certainement la solution idéale. Définition, fonctionnement, installation, découvrez ici tout ce que vous devez savoir sur cet outil de gestion de chauffage.

 

Définition

 

La vanne thermostatique est un robinet qui, par action sur le radiateur, panneau ou sèche serviette sur lequel il est installé, permet par définition de maintenir une température constante dans une pièce. En effet, par l’intermédiaire d’une sonde, le robinet thermostatique va détecter la température ambiante de la pièce dans laquelle où il se situe. Puis, en fonction de la température sélectionnée par l’utilisateur, la vanne agira sur le débit d'eau chaude, ajustant de fait la chaleur diffusée par le radiateur. Ainsi chaque radiateur pourra fonctionner de manière quasiment autonome, ne s’allumant qu’en cas de besoin. De cette manière, dans une pièce exposée plein sud ou encore dans la cuisine qui bénéficie de la chaleur des appareils de cuisson, les radiateurs seront moins sollicités. Vous pourriez de cette façon réaliser des économies d’énergie.

Si elle s’utilise avec un système de chauffage central, contrôlé par une chaudière ou une pompe à chaleur, la vanne thermostatique n’a aucune influence sur le fonctionnement de ce dernier.

 

Principe de fonctionnement d’une vanne thermostatique

 

Installée sur l’entrée d’eau chaude du radiateur entre celui-ci et la tuyauterie, la tête thermostatique se visse sur le corps du robinet, équipé du mécanisme de vanne. Elle est composée de la poignée (ou volant) et d’une sonde avec bulbe à dilatation rempli d’un fluide incompressible.

En captant les variations de température ambiante et en fonction de la température sélectionnée, la sonde va entraîner selon que celle-ci baisse ou monte, la contraction ou la dilatation du système mécanique. Concrètement, si la température chute, un clapet va laisser entrer plus d’eau chaude dans le radiateur qui de fait chauffera plus. Si au contraire, il fait trop chaud, le clapet se dilate et l’eau chaude ne peut plus entrer dans le radiateur.

Vanne manuelle ou vanne thermostatique ?
Les deux ne sont pas à confondre. Une vanne manuelle (non thermostatique) est une simple poignée qui permet de régler un radiateur sur une position marche ou arrêt. Elle ne peut pas moduler la température de la pièce.
Il est assez facile de les différencier. Alors que les vannes thermostatiques de radiateur montrent des chiffres, des écrans ou d'autres boutons de commande, les vannes manuelles n’affichent rien de cela. Pour indiquer le sens dans lequel tourner pour mettre en route ou éteindre le radiateur, on peut parfois voir des signes + ou - (ou ON et OFF) sur une vanne manuelle. Autre astuce : seules les vannes thermostatiques sont équipées d'une tige qui peut être enfoncée et que l’on peut facilement repérer en dévissant la tête de la vanne.

 

Les différents types de vannes

 

On trouve actuellement sur le marché trois types de vannes thermostatiques.

Les vannes thermostatiques mécaniques

Ce sont les modèles les plus classiques. Non programmables et manuelles, elles présentent diverses positions allant de 1 à 5 correspondant chacune à une température moyenne :

Position de la vanne

Température de référence Réglage conseillé pour :
* ou Hors Gel6 °CHors Gel
0-112 °CCave, escaliers
115 °CChambre inoccupée, buanderie, réduit
217 °CHall d’entrée, couloir
2-318 °CChambre
319-20 °CCuisine
3-420-21 °CSéjour, chambre d’enfant
422 °CSalle de bains
5MaxOuverture complète de la vanne

Leur utilisation est simple puisqu’il suffit de tourner le volant pour choisir la température la plus adaptée à la pièce.

Le prix d’une vanne thermostatique mécanique varie entre 10 et 40 €.

Les vannes thermostatiques électroniques

Présentant les mêmes avantages que les têtes thermostatiques mécaniques, les modèles électroniques disposent d’un affichage et d’un contrôle digital au demi-degré près. Elles sont, qui plus est, programmables que ce soit de façon horaire ou hebdomadaire. Leur gestion peut se faire à partir de la vanne ou du thermostat d'ambiance.

Pour une vanne thermostatique électronique, vous devrez débourser entre 25 et 70 €.

Les vannes thermostatiques connectées

Il s’agit ici de la toute dernière génération de vanne thermostatique. Les têtes connectées fonctionnent par le biais de votre réseau Internet et souvent grâce à votre géolocalisation. Elles ont aussi la possibilité d’être en connexion avec un thermostat connecté. Elles peuvent :

  • détecter la présence des membres du foyer au sein de l’habitation ;
  • adapter la température aux habitudes de vie de chacun grâce à la géolocalisation de votre smartphone ;
  • être contrôlées à distance depuis un smartphone ou une tablette ;
  • déterminer la température idéale en fonction des prévisions météo…

Plus onéreuse à l’achat, une vanne thermostatique connectée vaut entre 80 et 200 €.

Coût d’installation d’une vanne thermostatique
Si vous n’êtes pas très bricoleur et que vous devez faire intervenir un professionnel pour l’installation de robinets thermostatiques, sachez qu’il vous en coûtera entre 40 et 100 € par robinet.

 

Les différents types de sondes

Pour qu’une vanne thermostatique fonctionne, l’action d’une sonde qui capte la température ambiante est indispensable. La plupart du temps, un robinet à sonde intégrée est suffisant. En revanche, lorsque le radiateur se situe par exemple derrière un rideau ou sous une fenêtre mal isolée, il est conseillé de s’orienter vers un robinet thermostatique avec sonde à distance ou déportée que l’on installera à un endroit plus opportun. Sans cela, la température enregistrée par la sonde ne refléterait pas la température réelle de la pièce. Le chauffage pourrait alors se déclencher plus souvent que nécessaire.

 

Quels sont les avantages de l’utilisation des vannes thermostatiques ?

 

Les avantages apportés par l’installation au sein d’un foyer de vannes thermostatiques ne sont pas négligeables. En plus d’être simples à installer et faciles à contrôler, elles permettent d’améliorer son confort de vie et de réaliser des économies.

Un logement plus confortable à vivre

L’installation de vannes thermostatiques permet de rendre votre logement plus agréable à vivre pour ses habitants. Chaque pièce peut en effet être chauffée, au degré près, en fonction de son utilisation et des habitudes de vie de chacun. Associés à une sonde extérieure, ils peuvent même se déclencher ou s’éteindre selon le temps qu’il fait à l'extérieur. Idéal par exemple pour profiter d’une maison bien chauffée à son arrivée quand dehors il fait frais.

Des économies à la clé

Selon l'ADEME, l’Agence de la transition énergétique, les robinets thermostatiques permettent de réaliser entre 3 et 5 % d’économies. Dans certains foyers qui avaient une mauvaise gestion du chauffage au sein de leur foyer (température des pièces trop élevées, pièces inutilisées chauffées inutilement…), on estime que ces économies peuvent monter jusqu’à 15 %.

Thermostat d’ambiance et robinet thermostatique : deux outils complémentaires
Pour faire encore plus d’économies, il peut être intéressant de combiner thermostat d’ambiance et robinets thermostatiques. Si le thermostat d’ambiance permet de programmer une température globale pour l’ensemble du logement, les robinets thermostatiques vont quant à eux réguler la température des autres pièces (en prenant en compte leur ensoleillement, leur occupation, etc.). La température d’une pièce ne pourra, en revanche, jamais dépassée celle prévue par le thermostat d’ambiance.

 

Un investissement raisonnable

Proposées à des prix oscillants entre 10 et 200 euros selon les modèles, sans la pose, les vannes thermostatiques sont un investissement accessible qui peut être très vite rentabilisé.

Un achat ouvrant droit à des aides

L’installation de robinets thermostatiques ouvre l’accès à des avantages fiscaux et financiers comme l'éco-prêt à taux zéro, la TVA à 5,5 %. Réalisés par un professionnel, ces travaux sont également éligibles au « Coup de pouce chauffage » délivré dans le cadre des CEE.

Le mauvais usage d’une vanne comme seul inconvénient
S’il fallait retenir un inconvénient au robinet thermostatique, ce serait sa mauvaise utilisation. Mal réglé, il vous fera dépenser plus d’énergie qu’il ne vous en fera économiser. Vous aurez toujours à faire face au même problème des pièces trop chaudes ou trop froides.

 

Faire toujours plus d’économies en changeant de fournisseur

 

Si les vannes thermostatiques ont pour avantage de vous aider à alléger vos factures d’énergie, sachez qu’il est possible d’économiser davantage en changeant par exemple de fournisseur énergétique.

En effet depuis l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, chacun a la possibilité de choisir librement son fournisseur d’énergie. En faisant jouer la concurrence, chacun peut ainsi désormais bénéficier de contrats plus avantageux offrant des réductions sur le prix du kWh et/ou de l’abonnement.

Changer de fournisseur d’énergie est une démarche simple, rapide et gratuite. Il suffit de comparer les offres et d'opter pour celle qui convient le mieux à votre mode de consommation. Notre comparateur d’énergie vous aidera d’ailleurs à faire le point sur les différentes offres existantes sur le marché.

Une fois votre choix arrêté, votre nouveau fournisseur s’occupe ensuite de résilier votre ancien contrat sans que vous ayez à vivre de coupure de gaz ou d’électricité. Sans engagement, ces contrats peuvent être résiliés à tout moment. Vous pouvez donc, à tout instant, souscrire à nouveau un contrat auprès de votre ancien fournisseur ou d’un autre fournisseur alternatif.

 

Comment bien choisir ?

 

Si les avantages de la vanne thermostatique sont indéniables, ceux-ci peuvent sensiblement varier d’un modèle à l’autre. Certains modèles seront plus simples à utiliser, d’autres plus design ou plus précis. L’efficacité d’une vanne peut également changer d’un modèle à l’autre, d’une marque à l’autre. Aussi, vous est-il vivement conseillé de vous renseigner auprès d’un professionnel avant de faire votre choix.

Vérifier la compatibilité avec le système de chauffage
Avant même d’effectuer le choix de vos têtes thermostatiques, il est nécessaire de vérifier la compatibilité d’une telle installation avec votre système de chauffage. Les sites des différentes marques proposent le plus souvent des tests de compatibilité disponibles. Vous pouvez également vous renseigner auprès d’un professionnel.

 

Choisissez des vannes thermostatiques adaptées à vos besoins

Même s’il existe de nombreux modèles plus ou moins sophistiqués, tous ne correspondent pas forcément à vos besoins. Ainsi :

  • une vanne thermostatique manuelle vous conviendra parfaitement si vous vivez dans un petit espace et que votre consommation est limitée ;
  • une vanne thermostatique électronique est plus indiquée pour les personnes vivant dans de grands espaces, avec une consommation moyenne à importante et un planning fixe ;
  • une vanne thermostatique connectée sera idéale, si en en plus d’habiter dans une grande surface et d’avoir une consommation moyenne à importante, vous avez un planning qui change régulièrement. Détectant votre présence, elle s’adaptera automatiquement à votre manière de vivre.

La compatibilité avec le corps du robinet

Si vous envisagez de ne changer que la tête thermostatique, vous devez, préalablement à tout achat, vous assurer qu’elle puisse être compatible avec le corps du robinet. Il arrive que corps et tête thermostatique soient vendus ensemble, mais ce n’est pas toujours le cas. N’hésitez pas pour cela à vous renseigner auprès d’un conseiller.

Robinet droit, équerre ou équerre inversée ?

Pour passer d’un robinet classique à un robinet thermostatique, vous devrez au moment de votre achat faire attention à bien choisir votre type de robinet. Celui-ci peut être droit, à l’équerre ou à l’équerre inversée. Pour savoir lequel acheter, il faut vous fier au robinet déjà installé sur votre chauffage :

  • robinet à l’équerre : le robinet est en angle entre le radiateur et le tuyau de chauffage venant du mur ;
  • robinet en équerre inversée : le robinet est en angle et le tuyau de chauffage vient par le bas ;
  • robinet droit : le robinet se présente dans la continuité du tuyau de chauffage en venant par la droite ou la gauche.

Faire attention aux normes
Avant de faire votre choix, vérifiez que la tête thermostatique que vous avez repérée réponde à la norme NF EN 215. La certification européenne CENCER (Comité européen de normalisation) est également un gage de qualité et de sécurité.

 

L’installation des robinets thermostatiques

 

Vous pouvez faire le choix de faire intervenir un professionnel pour l’installation de vos têtes thermostatiques, mais cette opération peut aussi être réalisable par des particuliers bricoleurs tant qu’ils suivent ces quelques étapes.

Où installer vos vannes thermostatiques ?

Pour un résultat optimal, il est recommandé de mettre en place une vanne thermostatique sur chaque radiateur. Il n’est, en revanche, pas utile d’en équiper le radiateur situé dans la même pièce que le thermostat d’ambiance fixe, si le logement en est pourvu.

Pour son bon fonctionnement, la tête thermostatique ne doit pas être gênée par un mur, un rideau… Il est également conseillé de la placer hors du rayonnement direct du soleil. Les mesures de chaleur pourraient alors être erronées.

Comment les installer ?

Les opérations nécessaires à l’installation ne seront pas les mêmes qu’il s’agisse de changer une tête thermostatique pour une autre ou que vous souhaitiez passer d’un robinet classique à un robinet thermostatique.

Remplacer une vanne thermostatique par une autre

L’opération est dans ce cas assez simple. En effet, si votre radiateur est déjà équipé d’une vanne thermostatique, il n’est pas nécessaire de toucher au corps posé sur l’embout du radiateur. Vous aurez donc uniquement à dévisser ou déclipser la tête, puis à revisser ou clipser la nouvelle qu’elle soit mécanique, électronique ou connectée.

Passer d’une vanne classique à une thermostatique

Avant de commencer, vous devrez vous assurer que la chaudière est bien éteinte. Vous devrez également veiller à couper l’arrivée d’eau générale pour éviter tout risque de dégâts des eaux. Pensez aussi à protéger votre sol. Pour cela, placez une bâche en plastique sous le radiateur sur lequel vous intervenez. Suivez ensuite ces différentes étapes :

  • étape 1 : réaliser la vidange du circuit et du radiateur.
    Si vous opérez dans une maison de plain-pied ou sur un radiateur se situant à l’étage, la pression du radiateur n’étant pas trop importante, vous n’êtes pas dans l’obligation de vidanger entièrement votre système. Vider au moins le haut du radiateur sera suffisant. Il vous faudra alors prévoir une bassine pour recueillir l’eau qui pourra s’écouler au moment où vous enlèverez le corps du robinet. En revanche, si votre logement est à étage et que vous travaillez sur un radiateur au rez-de-chaussée, il faudra absolument vidanger l’ensemble du circuit au niveau de la chaudière ;
  • étape 2 : enlever l’ancien robinet.
    Pour cela, il vous faut ôter, à l’aide d’un tournevis, la vis qui maintient le robinet du radiateur. Dévissez, dans un second temps, l’écrou qui relie le T d’alimentation au radiateur puis retirez-le. Utilisez pour cela une clé adaptée au type d’écrou : une clé à molette ou encore une clé à six pans ;
  • étape 3 : renforcer l'étanchéité.
    Avant de poser le nouveau robinet, il est nécessaire de brosser l'embout du tuyau d’alimentation avec une brosse métallique puis de le recouvrir de filasse (une sorte de fil en fibre végétale) enroulée dans le sens des aiguilles d'une montre. Pensez enfin à enduire la filasse et le raccord du robinet avec de la pâte à joint ;
  • étape 4 : installer le nouveau robinet.
    Pour mettre en place le nouveau raccord d'alimentation, commencez par appliquer du téflon sur le filetage (la partie usinée du robinet). Pour que le joint soit pleinement efficace, le filetage ne doit plus être visible. Positionnez ensuite le robinet thermostatique bien en face de la petite tige ressortant du corps du robinet. Puis vissez les écrous et la bague en plastique du robinet thermostatique ;
  • étape 5 : remettre en route le système de chauffage.
    Après avoir installé tous les robinets que vous souhaitiez, il est temps de remettre en service votre installation de chauffage. Pour cela, fermez d’abord les robinets de vidange et les purgeurs.
    Ouvrez votre vanne thermostatique sur la température maximum puis rallumez votre chaudière. De l’eau ayant été évacuée du système, il vous faudra remplir d’eau la chaudière grâce au robinet se trouvant en dessous jusqu’à ce que le manomètre indique la bonne pression. Celle-ci doit être comprise entre 1 et 1,5 bar pour un appartement ou une maison de plain-pied. Pour un logement à étage, comptez entre 1,8 et 2 bars.
    Il est également indiqué de purger le ou les radiateur(s) concerné(s). De l’air a effectivement pu s’y introduire pendant l’installation. Et un radiateur dans lequel de l’air est emprisonné a tendance à moins bien chauffer. N’hésitez pas à lire notre article « Comment purger un radiateur ? » pour savoir comment réaliser cette opération.

 

Les conseils d’utilisation

 

Ça y est, vous êtes équipé de robinets thermostatiques, mais encore faut-il savoir bien les utiliser pour que leur installation devienne rentable.

Comment bien régler vos vannes thermostatiques ?

Les modèles électroniques et connectés sont faciles à régler puisqu’ils affichent la température exacte. Pour les modèles mécaniques, c’est un peu plus délicat, mais tout de même assez simple. Vous devez chercher sur le robinet la position qui vous permettra d’atteindre la température de confort. Une fois celle-ci trouvée, ne touchez plus à rien. Inutile de bouger la vanne en permanence. Si vous trouvez qu’il fait froid dans la pièce, pas besoin d’ouvrir à fond. Laissez simplement la vanne faire son travail. En effet, tant que le niveau de confort souhaité n’est pas atteint, le robinet d’arrivée d’eau chaude est ouvert à fond, même si vous ne vous en rendez pas compte.

Entretien

Une vanne thermostatique est simple à entretenir. Il est juste nécessaire de nettoyer la poignée ou le boîtier de temps à autre avec un détergent doux. Attention, n’utilisez surtout pas de produits corrosifs au risque d’abîmer le système.

En période de chauffe, il est indiqué de manipuler de temps en temps les robinets fermés des pièces inoccupées afin qu’ils ne se bloquent pas. Cette action est également conseillée pendant les périodes plus clémentes où le système de chauffage est éteint. Durant cette saison, il est d’ailleurs préférable de laisser les robinets ouverts au maximum pour éviter là aussi qu'ils se bloquent au redémarrage du chauffage à l'automne. Si lors de ces manœuvres, vous ressentez une difficulté à tourner la manette de température des modèles mécaniques, c’est peut-être que du tartre s’est formé. Dans ce cas, vous pouvez démonter le robinet thermostatique pour le nettoyer avec du vinaigre blanc. Si, au moment de remettre vos chauffages en route, un robinet est complètement coincé, une opération plus importante s’impose.

Comment débloquer un robinet grippé ?

Le blocage d’une vanne thermostatique peut être lié à un dépôt de calcaire et/ou de boue de circuit de chauffage au niveau du clapet de réglage. Il se peut également qu’elle reste coincée, car le clapet s’est dilaté à cause de la chaleur. Le passage de l’eau ne se faisant plus, les radiateurs ne chauffent plus. Remédier au problème peut se faire en 4 étapes. Munissez-vous d’une pince crocodile ou d'un petit marteau, puis :

  1. commencez par enlever la tête du corps thermostatique. Certains modèles peuvent se déclipser. Si elle est fixée par une bague ou un écrou une pince, utilisez un tournevis ou une clé Allen pour l’ôter ;
  2. tapotez ensuite légèrement sur la tige à l'aide d'un marteau ou d'un manche de tournevis afin de dégager la tige et lui redonner sa souplesse. Prenez soin de bien tapoter dans l’axe pour éviter que la tige se torde. Ne tirez pas non plus dessus au risque de la casser ou de la retirer. Taper sur la tuyauterie entre la vanne et le radiateur pour dégripper la tige peut aussi s’avérer efficace ;
  3. une fois la tige sortie, vérifiez en appuyant dessus que la tige puisse entrer et ressortir sans difficulté. Celle-ci étant actionnée par un ressort, elle doit donc pouvoir rentrer et sortir à la moindre pression ;
  4. laissez enfin la vanne ouverte quelques heures puis huilez la tige. Replacez ensuite la tête thermostatique et placez le robinet sur 5 (ou max.) et vissez-la ou clipsez-la.

Vous l’aurez compris, la vanne thermostatique est un bon moyen pour mieux gérer l’utilisation d’un chauffage au sein d’un logement. Relativement économique, simple d’installation et d’utilisation, elle peut facilement vous aider à faire baisser vos factures énergétiques. Quand on sait qu’un degré de moins dans une pièce, c’est 7 % d’économie d’énergie sur la facture annuelle, le calcul est vite fait.